Paiement de tous les ouvrages ci-dessous par chèque bancaire au nom de
M. Benoît Chauvin
l’Hermitage
F – 25870 – Devecey
adressé préalablement à tout envoi.

Mélanges Anselme Dimier

tome I

Mélanges à la mémoire du Père Anselme Dimier, présentés par Benoît Chauvin, t. I, Père Anselme Dimier, articles nos 1 à 144, 2 vol., Pupillin, 1987, 861 p. reliées, ill.— Vol. 1, L’homme, l’œuvre : sa famille, la Grande Guerre, les années folles, la campagne 39-40, Scourmont, témoignages ; travaux du moine de Tamié, histoire, architecture, archéologie, témoignages. Vol. 2, Travaux inédits et rééditions : histoire de l’ordre de Cîteaux, histoire d’abbayes, saint Bernard, moines, saint Louis, héraldique et sigillographie, architecture. Les deux volumes = 150 €.

tome II

Mélanges à la mémoire du Père Anselme Dimier, présentés par Benoît Chauvin, t. II, Histoire cistercienne, articles nos 145 à 197, vol. 3, Ordre, Moines, vol. 4, Abbayes, Pupillin, 1984, 802 p., ill.— Table des matières ci-dessous.

tome III

Mélanges à la mémoire du Père Anselme Dimier, présentés par Benoît Chauvin, t. III, Architecture cistercienne, articles nos 198 à 240, vol. 5, Ordre, Fouilles, vol. 6, Abbayes, Pupillin, 1982, 804 p., ill.— Table des matières ci-dessous.

Tirage numéroté limité à 500 exemplaires. Les volumes 3, 5 et 6 sont épuisés. Une ultime série complète est disponible, de préférence pour une bibliothèque publique ou de communauté. = 600 €.

Congrès Anselme Dimier

Actes du Congrès Anselme Dimier, Abbaye de Noirlac. Fouilles cisterciennes européennes, bilans nationaux, t. I, France, Pupillin, 2000, 416 p. reliées, ill.— Onze études monographiques proposent d’abord un bilan archéologique des sites de Beaupré-sur-la-Lys, Clairlieu, Fontmorigny, Maubuisson, Noirlac et sur les aménagements hydrauliques de Vauclair ; des articles ou notes rapportent les sondages pratiqués sur les emplacements de l’église de Cherlieu, le site de Coyroux, le lavabo de Fontenay, le réfectoire de Reigny, le chapitre et la sacristie du Val. L’autre moitié offre une bibliographie nationale, sous la forme d’un corpus de 2500 références bibliographiques commentées des travaux publiés ou inédits ayant trait à l’archéologie du bâti et du sous-sol jusqu’en 1996 inclus portant sur 320 sites cisterciens français, y compris certaines granges et relais urbains. Index. Instrument de travail.= 90 €.

Histoire

Vauxbons, abbaye cistercienne… (…1175-1394…) : étude historique et édition du chartrier, Devecey, 2005, 160 p. brochées, ill.— Monographie renouvelant les connaissances jusque-là bien floues sur cette petite maison cistercienne féminine proche de Langres. Une communauté informelle née sans doute dès les années 1150-60 dans le sillage de Longuay et d’Auberive, quoique dotée du statut d’abbaye avant la fin du XIIe s., reste d’une extrême pauvreté jusque vers 1225, connaît ensuite une embellie relative pendant un demi-siècle, suivie d’une déstabilisation perceptible avant les calamités du milieu du XIVe ; puis une suppression en 1394, rendue inéluctable par l’insuffisance de son recrutement, et un rattachement de son modeste temporel à Auberive avec remise de son chartrier. Aussi est-ce dans le fonds de cette abbaye que se trouve l’essentiel de la documentation disponible, une soixantaine d’actes presque tous inédits publiés ici.= 30 €.

Pierres… pour l’abbaye de Villelongue, histoire et architecture, vol. 1, Histoire, Pupillin, 1992, p. 1-190 brochées, ill.— Le point sur les principaux temps forts de cette abbaye : bibliographie rétrospective commentée, le ms. Doat 70 de la BnF, l’année controversée de fondation, deux documents originaux privés, la croisade des Albigeois, cinq siècles de relations avec le monastère féminin proche de Rieunette, la fin à la Révolution, les vicissitudes depuis 200 ans, présentation prospective des archives. Vol. 1 seul : 30 € ; vol. 1 et 2 (architecture) = 50 €.

Le château et le clos de Vougeot, cellier de l’abbaye de Cîteaux, Nuits-Saint-Georges, 2008, 222 p. reliées, ill.— Ou le souci de remettre enfin à jour les connaissances sur ce cellier-château connu dans le monde entier, et symbolisant à lui seul la puissante image de la viticulture cistercienne. Une première partie retrace le contexte monastique qui a présidé à la naissance et à la spécificité de l’aventure cistercienne, puis analyse les principes de son économie et leur application par l’abbaye de Cîteaux. Fondée sur une recherche élargie des sources, une deuxième relate les phases de l’histoire du clos. Plusieurs campagnes photographiques ciblées sur des aspects méconnus des bâtiments permettent une revisite parfois inattendue abondamment illustrée des lieux. Les dix-huit chapitres continus, chronologiques ou thématiques, sont agrémentés d’une trentaine d’encarts ponctuels, historiques, économiques, architecturaux ou autres. Ouvrage à commander directement à la Confrérie des chevaliers du tastevin, 2 rue de Chaux, F – 21700 Nuits-Saint-Georges. = 60 €.

Archéologie / Architecture

Marquette-lez-Lille, à la redécouverte de l’abbaye de la comtesse Jeanne, Marquette-lez-Lille, 2002, 476 p. reliées, 150 ill.— Fondée vers 1228 par la célèbre comtesse de Flandre qui y fut inhumée, Marquette était l’une des plus puissantes maisons féminines de l’ordre de Cîteaux. Construit à l’âge d’or du gothique, réédifié dans le style français au XVIIIe s., le monastère fut démoli à la Révolution et son enclos de 18 ha en bord de Deûle occupé par l’industrie lourde dès 1860. En 1963, une usine de production de toluène di-isocyanate fut installée à proximité des lieux réguliers enfouis. Sa fermeture a conduit la municipalité à s’interroger si ce sol meurtri recelait encore des vestiges archéologiques. Cet ouvrage livre le fruit d’une étude préalable conduite en trois temps.

Le premier publie la documentation glanée sur le bâti disparu. Après présentation des fonds interrogés, les sources écrites ont permis de reconstituer un cartulaire de 50 actes (1236-1793) et une dizaine de mémoriaux inédits ont fourni de riches informations entre fin XIIIe et fin XVIIIe. Les sources orales consistent en une centaine de témoignages antérieurs ou postérieurs à la Révolution sur les tombes, l’état des lieux et le terrain. Un catalogue offre une sélection de 50 illustrations des XVIIe-XXe s., tirées de plans anciens, des cadastres, de photothèques d’entreprises, de collections privées et de fonds publics. La deuxième démarche est une analyse systématique commentée des bâtiments, à travers quatre espaces concentriques : à l’extérieur de l’enclos puis, à l’intérieur, lieux de travail, de vie et de prière. Une synthèse fait enfin le point des connaissances, plans recomposés à l’appui, sur le monastère médiéval, ses transformations à la Renaissance, sa reconstruction classique et le bâti industriel qui lui succéda. La superposition de ces quatre époques débouche sur un bilan archéologique global avec propositions de sondages qui ont été réalisés par la suite. Une zone de protection a été délimitée : sur environ 2 ha, s’y trouvent encore les substructions des deux tiers du cœur du monastère. La ville de Marquette l’a mise en réserve sur son plan d’occupation des sols.

L’apport de ce livre à l’historiographie cistercienne est double. Sa méthodologie originale fournit d’utiles pistes de recherches pour d’autres sites et rend possible une large redécouverte inespérée d’une abbaye dont ne subsiste que le prestigieux souvenir. = 80 €.

Pierres… pour l’abbaye de Villelongue, histoire et architecture, vol. 2, Architecture, Pupillin, 1992, p. 191-384 brochées, ill.— Le point sur les bâtiments conservés de cette abbaye masculine languedocienne, longtemps l’une des plus méconnues de l’ordre : bibliographie rétrospectives commentée, les églises, les fresques de la sacristie, la salle capitulaire, la galerie méridionale du cloître, le réfectoire, la chaire du lecteur, les vestiges épars, présentation prospective des archives. Vol. 2 seul : = 30 € ; vol. 1 (histoire) et 2 : = 50 €.